J’étais assise prés de la fenêtre de mon petit coin secret de la ferme où je trouvais calme et quiétude, lisant un roman pour la troisième fois pour se distraire. La pluie tombait à flot et l’ennuie s’emparait de moi; ma famille était endormie et j’étais la seule à rester éveiller. Soudain, la pluie cessa et je me mis à contempler le champs de fleur mouillé par la pluie, chaque corolle ressemblait à un rang de diamant luisant. Ce paysage était si captivant que je tardai à l’admirer. Brusquement une lumière jaillit d’une fleur, elle m’obligea à fermer les yeux. Quand je les eus rouverts, je commençai à distinguer, petit à petit, une minuscule silhouette sur une magnifique pétale de fleur. C’était un aspect étranger, je crus d’abord que mon imagination me jouait des tours pour passer le temps, mais elle commença à apparaître plus clairement et je découvris que cette délicate créature avait des ailes bleues presque translucides majestueuses et sa chevelure, de couleur sable lui arrivait jusqu’au genou et se terminé d’une mèche blonde. Sa robe longue et traînante était verte et reflétait une nuance bleuâtre et sa traîne semblait violette. Elle ne portait pas de chaussures et ses pieds étaient légèrement posés sur la pétale rouge de la fleur formidable entre des milliers. Tout à coup, elle se tourna vers moi  et s’approcha en volant. Quand elle fût assez prés de moi je perçus ses yeux brillants comme des émeraudes et il paraissait qu’elle chantait une incantation avec sa flûte qui me paraissait être faite d’un matériaux irréel. Plusieurs oiseaux l’accompagnait et je pensai que c’était grâce à son chant harmonieux que les volatiles la suivaient partout. Elle semblait vouloir me passer un message mais je ne compris pas. J’étais éblouie par cet extraordinaire apparition et je ne voulais pas que ce moment se termine. Mais brusquement elle disparut et me laissa seule dans la petite salle. J’étais triste de l’avoir perdue et de ne pas avoir pu la comprendre et lui parler.

Share: